Meet be at the Coit Bar

New show from April 17 to 27th, 15h-19h tuesday to saturday, 45 rue des Tournelles, Paris 3

Marcus Kreiss Meet me at the Coit Bar
Sex workers et d’autres avions de chasse
Pour son exposition du 17 au 27 avril 2019 Marcus Kreiss transforme la Galerie de l’Angle en Coit Bar.

Ce bar est frequenté par une faune sauvage qui se retrouve également sur ses murs, représentant le côté laid, sordide et dérangeant du désir, bien caché bien que omnipresent.

L’artiste met en lumière ce monde marginalisé et souvent ignoré du monde de l’art contemporain pourtant largement présent dans l’histoire de l’art depuis l’antiquité. 
Comme disait Bertold Brecht dans l’Opéra de Quatre sous à la fin de La complainte de Mackie le Surineur :

“There are some who are in darkness
And the others are in light
And you see the ones in brightness
Those in darkness drop from sight.”

Artiste « fiché x » Marcus Kreiss aborde « le cul » avec un trait d’une violence enfantine qu’il applique avec insistance pour rendre vivants des machines de guerre comme les corps de ses amours.

Les chiffres d’affaires à la fois de l’armement et de l’industrie du sexe sont énormes par rapport à la visibilité que la société leur accorde. Il s’agit bien, dans cette exposition, de sublimer ce que l’on tente de cacher, de démontrer l’hypocrisie jésuite de la Bourgeoisie capitaliste et de son marché de l’art.
La dénonciation, dans le travail de Marcus Kreiss, de la double morale capitaliste en générale, comme celle dans le secteur de l’art contemporain ne date pas de hier.

À 18 ans, il avait déjà fait scandale. Il était responsable d’un journal étudiant qui publiait des écrits sans tabou ; est né alors un vaste mouvement de solidarité contre la censure, qui a provoqué la une des journaux allemands majeurs. 
Nus devant leur école, les membres de la rédaction 
s’engageaient dans une critique des réformes annoncées des programmes scolaires abordant la question de la sexualité.

Marcus Kreiss est à l’origine du festival Alien Sex Tapes qui a eu lieu en février 2019. Ce festival a présenté une sélection de films d’artistes et de performances classés X, qui ont du mal à exister dans un monde de l’art pudibond et de medias sociaux peureux.

https://www.facebook.com/events/161243694805296/

Mission statement ( march 2019 )

Since early 2018 I’ve been enslaved by alien supervixens from planet A55 to support their mission to save planet Earth. Planet A55 has an entirely female population. 300000 years ago, females got rid of males and started to reproduce themselves with their highly advanced bio technologie. Recently, the need for genuine male DNA was detected and a similar planet to A55 was found right on the left from the center of the universe. But before sourcing male DNA from Earths population, a couple of problems connected to obsolete typically male behaviour have to be solved. I was made commander for terrestrial operations and I now build machines that send out radiation to change the core code of some particularly resistant male protagonists from politics and economy. I’m rewarded in physical contact and juices of A55 officers.